«L’ISIC ne sera plus pour n’importe qui. Celui qui ne peut pas parler français n’y sera pas orienté», affirme le ministre de l’ESRS, Abdoulaye Yéro BALDE

1
259

Présent à l’ouverture des travaux du premier jour du FEG, Abbdoulaye Yéo BALDE ,ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a donné ses impressions à la rédaction du Journal du FEG.

Quelles sont vos impressions par rapport à la première journée de ce forum?

Je suis très satisfait de l’engouement qu’il y a eu. Je ne m’attendais pas à tout cela, c’est pour moi une joie et surtout ce qui m’intéresse, c’est de recevoir des critiques et suggestions pour voir comment on peut améliorer le système éducatif en Guinée et particulièrement au niveau de l’enseignement supérieur.

Pourquoi un tel forum en cette fin d’année?

C’est vrai, nous avons reçu ces observations, néanmoins, l’année prochaine nous allons nous y mettre ensemble avec toutes les institutions pour décider une date convenable pour tout le monde. Mais il fallait lancer le coup et on n’avait pas le choix car bientôt les examens nationaux et surtout pour les lycéens une façon de les aider à bien s’orienter. Ce n’est pas facile de s’orienter si on n’a pas les informations ou les conseils nécessaires.
Quelles sont vos attentes après cette première édition ?

Que les étudiants qui sont en cours et les futurs aient une idée sur ce que c’est que l’enseignement supérieur, et technique également. Et à quoi s’attendre dans la vie active. Quelles sont les besoins des entreprises? Parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a assez d’entreprises qui sont présentes à cet événement. Elles vont dire à ces étudiants ce qu’elles attendent d’eux et quels types et qualités de formations elles veulent. Ce n’est pas forcément au niveau supérieur qu’on peut réussir, d’ailleurs, ceux qui vont dans les enseignements techniques ont la chance plus vite d’avoir de l’emploi que ceux qui vont dans les universités. Sauf ceux qui se professionnalisent comme à l’ISIC parce que c’est là que la plupart des radios privées recrutent des journalistes. C’est ce qui est une bonne chose, c’est-à-dire il faut suivre une formation qui peut te permettre d’être facilement employé.

Pourquoi vous n’orientez pas les bacheliers dans les filières qu’ils choisissent?

Cela dépend des notes! Quelqu’un qui a 10 et il veut faire génie informatique, ce n’est pas possible. Le dernier à rentrer en génie informatique l’année dernière avait 14 de moyenne. C’est dire qu’il faut avoir un bon niveau pour y être. Là-bas c’est l’excellence. L’ISIC aussi ne sera plus pour n’importe qui. Celui qui ne peut pas parler français ne sera pas orienté dans cet institut et tant d’autres.

5-Est-ce que ce forum sera continuel?

Nous souhaitons le faire chaque année. C’est un premier coup d’essai nous allons tirer des conclusions et nous allons voir comment ça va se passer parce que nous voulons que chaque année un tel forum se tienne en Guinée. C’est important. Il y a assez de problèmes de logistique mais dans tous les cas on verra bien sur la question de délocalisation de l’événement à l’intérieur du pays dans le futur.

Propos recueillis par Mariame KOUROUMA et Dansa CAMARA

1 COMMENTAIRE

  1. C’est du tout normal M. le Ministre surtout chez nous à L’ISIC il ne faut pas que les médiocres viennent pour remplir pour la forme et ensuite de faire tout possible que plusieurs personnes partent dans les écoles professionnelles ça serais normal.

Comments are closed.